h
London Office
Quick Contact

Maitre Laureen Spira – Avocat à la cour

Jurisprudence

Monsieur T contestait avoir commis l’infraction d’arrêt ou stationnement dangereux de véhicule en pleine voie dans le 16ème arrondissement de PARIS. Il confiait la contestation de l'avis de contravention au Cabinet de Maître Spira. Dès lors, il comparaissait devant le Tribunal de Police de PARIS en février 2016 qui, après débats ayant démontré que les faits ne lui étaient pas imputables, le déclarait non coupable des faits et le relaxait.   Lire la décision du Tribunal de Police de PARIS - 02/2016

Un client du Cabinet à la suite d’un accident de la route était contrôlé positif à l’alcool avec un taux de 0,73 mg/litre d’air expiré. Le Parquet le convoquait pour une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité qu’il refusait. Septembre 2014, le Tribunal Correctionnel de NANTERRE retenait les exceptions de nullité soulevées par le Conseil du prévenu et annulait le procès verbal de mesure éthylométrique. Le Ministère public décidait d'interjeter appel. Mars 2016, la Cour d’Appel de VERSAILLES confirmait le jugement rendu par le Tribunal Correctionnel de NANTERRE et prononçait la relaxe du client du Cabinet de Maître Spira pour les faits de conduite

Décembre 2015, la prévenue comparaissait devant le Tribunal de Police d’Angers pour avoir conduit un véhicule avec un taux d'alcool dans le sang entre entre 0,50 et 0,80 g/l. Après avoir fait droit aux exceptions de nullités soulevées par Maitre Spira, la Juridiction prononçait la nullité du procès-verbal et renvoyait Madame X du chef des poursuites. De l'importance d'analyser les procédures, la régularité des procès-verbaux, par un avocat spécialisé en droit routier.   Lire la décision du Tribunal de Police d'Angers - 01/2016

Le conducteur s’était vu notifié une suspension administrative de 3 mois et 10 jours à la suite d’une interpellation pour conduite sous alcool qu’il contestait. Malgré cette suspension, il n'avait pas d'autre choix que de continuer à conduire. Il était interpellé en Mars 2014 pour conduite malgré la suspension administrative de son permis. Le même mois, Maître Spira obtenait sa relaxe pour les faits de conduite sous alcool qu'il contestait depuis le premier jour. S’agissant de la conduite malgré une suspension du permis de conduire, le Tribunal Correctionnel de VERSAILLES déclarait le prévenu coupable et le condamnait à une peine d’amende de

Monsieur S contestait avoir commis l'infraction de dépassement de véhicule par la droite sur l'autoroute A15. Juin 2015, il était convoqué devant le Tribunal de Police de PONTOISE pour s'expliquer sur ces faits. Maitre Spira avant tout débat au fond, déposait des conclusions in limine litis et demandait la relaxe de son client. La Juridiction entendait ces arguments, établissait que les faits n'étaient pas imputables au prévenu. Elle décidait alors de le relaxer.   Lire la décision du Tribunal de Police de PONTOISE - 6/15

Monsieur S contestait avoir commis l'infraction de dépassement de véhicule par la droite sur l'autoroute A15. Juin 2015, il était convoqué devant le Tribunal de Police de PONTOISE pour s'expliquer sur ces faits. Maitre Spira avant tout débat au fond, déposait des conclusions in limine litis et demandait la relaxe de son client. La Juridiction entendant ces arguments, établissait que les faits n'étaient pas imputables au prévenu. Elle décidait alors de le relaxer.   Lire la décision du Tribunal de Police de PONTOISE - 6/15

Mars 2015, un retrait de point effectué illégalement était contesté par un client du Cabinet. Cette perte de points avait entrainé l'invalidation du permis de conduire pour solde de points nul. Pour qu'un retrait de points soit légal, il doit répondre à différentes conditions posées par le Code de la Route. A défaut, l'invalidation du permis de conduire est illégal et doit être retiré par le Ministre de l'Intérieur. Un recours adressé le 6 mars 2015 soulevant l'irrégularité du retrait de points obtenait une réponse le 31 mars suivant. En effet, le Cabinet adressait un recours auprès du Fichier National des Permis de

Juin 2014, la Juridiction de proximité de BEAUVAIS annulait la procédure ayant constaté un grand excès de vitesse à l'encontre d'un client du Cabinet. Un excès de vitesse de plus de 40 km/h au dessus de la vitesse maximale autorisée était reproché à Mr V sur l'autoroute A16. Compte tenu du déroulement des faits et du non respect des dispositions du Code de Procédure Pénale, la Juridiction de Proximité de BEAUVAIS constatait le défaut de force probante de la vitesse retenue à l'encontre de Mr V soit 172 km/h pour 130 km/h autorisé. Lire le Jugement : Grand excès de vitesse juin 2014

Mai 2014, jugement du Tribunal Correctionnel de Paris suite à une opposition à ordonnance pénale pour des faits de conduite sous alcool. Un client du Cabinet recevait une ordonnance pénale suite à des faits de conduite sous l'empire d'un état alcoolique. La condamnation était assortie d'une mention sur son casier judiciaire et d'une perte de 6 points, bien que cela ne soit pas mentionné sur l'ordonnance. Il décidait sur les conseils de Maître Spira de formait opposition à l'ordonnance (dans le délais de 45 jours suivant la notification). Convoqué au Tribunal Correctionnel de Paris en mai 2014, Maître Spira relevait des vices de procédure

En mai 2014, le Tribunal Correctionnel de VERSAILLES a annulé une procédure pour des faits de conduite sous l'empire d'un état alcoolique. Poursuivi pour des faits de conduite de véhicule sous l'empire d'un état alcoolique, Mr V et son Avocat, Maître Spira, se sont présentés devant le Tribunal Correctionnel de VERSAILLES en mars 2014. Lors de l'audience, Maître Spira a relevé des exceptions de nullité concernant l'irrégularité de la procédure, notamment quant à la bonne homologation de l'éthylomètre SERES 679 E. Le taux d'alcoolémie de Mr V, soit 1,06mg/l d'air expiré, avait toujours été contesté par le prévenu. Après en avoir délibéré, le Tribunal a fait